mercredi 17 janvier 2018

[CHRONIQUE] Chanson Douce, Leïla Slimani

 
 
Coucou à tous!

Alors je continue à vous présenter mes lectures de 2017 entre deux articles plus "actuels", et aujourd'hui c'est le tour du fameux prix Goncourt de Leïla Slimani, Chanson Douce!



oOo
 




Titre : Chanson Douce
Auteur : Leïla Slimani
Année : 2016
Edition : Gallimard


oOo

Résumé

Paul et Myriam sont des parisiens, des vrais. Parents de deux jeunes enfants et actifs tous les deux (elle a repris un travail récemment), ils n'ont pas beaucoup de temps à accorder à leur couple ou à leur vie de famille avec leurs horaires à rallonge. Ils décident de prendre une nounou à domicile et c'est Louise qui répond à tous leurs critères. La vie de Paul et Myriam est désormais bien plus facile, la nounou s'occupe même régulièrement du ménage et des repas en plus de prendre soin des enfants. Mais ce beau tableau tourne au cauchemar quand Louise s'en prend aux enfants (je ne vous spoile rien, c'est la première phrase du roman!).


oOo

Mon avis

Ce que j'ai aimé

 
J'ai beaucoup aimé la construction du récit, qui démarre directement par le drame puis revient quelques mois en arrière pour dérouler les évènements jusqu'au soir fatidique. Cela donne une certaine tension au roman, on cherche les indices de folie, une explication à cet acte... mais y a-t-il jamais une raison à ce genre de geste?
 
Leïla Slimani a réussi à mettre en place une ambiance glaçante dans ce roman, et je pense que cela vient des actes et des pensées des personnages. Chacun d'entre eux a un côté extrêmement froid et malsain : vous avez le père qui n'est pas ravi-ravi que sa femme se donne à fond pour sa carrière, qui éprouve des réserves quant à la nounou mais qui se tait ; la mère qui est bien contente d'avoir son travail pour ne pas être obligée de s'investir dans sa vie de famille, et qui ferme plus ou moins les yeux sur les signes de problèmes chez la nounou ; et Louise, dont on nous détaille au fur et à mesure les événements familiaux et personnels qui ont façonné sa personnalité au fil des années. Personne n'est tout blanc ou tout noir dans cette histoire, c'est bien plus réaliste de ne pas avoir des personnages manichéens.
 
Et donc au final, on a plein de petits indice qui pourraient expliquer le dénouement du récit (ou son démarrage, puisque c'est cette scène qui ouvre le roman...), mais ces éléments restent suggérés. A aucun moment, l'auteur ne nous donne LA raison explicite. C'est à "l'imagination" du lecteur de travailler, de se poser des question, et même de se remettre en question.

Ce que j'ai moins aimé

Je sais bien que c'est fait exprès, mais on ne s'attache à aucun personnage et on ne se sent pas bien dans ce livre. Je le savais en entamant cette lecture et c'est en m'attendant à cette ambiance que je suis entrée dans l'histoire, mais je suis adepte des lectures plus "doudou", qui me font m'évader et rêver au lieu de frissonner devant un récit si cruellement proche de nous.


oOo
 
Ma note : 4/5
Je suis contente d'avoir lu ce récit, que j'ai trouvé très bien mené et facile à lire. J'aurais au moins découvert un Prix Goncourt, et je serais sortie de ma zone de confort, ce qui est toujours un bon point pour ne pas rester dans son train-train de lecture. Je recommande, mais soyez quand même bien accrochés parce que le thème abordé est difficile.

Et vous, aviez-vous lu ce livre au moment où il a fait tant de bruit comme moi? Si oui, qu'en avez-vous pensé? Et si non, avez-vous envie de le lire?

Lire ma chronique précédente : Le Miroir d'Ambre de Philip Pullman
Lire ma chronique suivante : L'Appel du Coucou de Robert Galbraith

2 commentaires:

  1. Coucou :)
    Eh bien moi je n'ai pas été au bout de cette histoire. Quelque chose qui me gave particulièrement dans la littérature contemporaine française, c'est que pour avoir du succès un roman doit être le plus glauque et sordide possible ! Et franchement je trouve ça d'un prétentieux.
    Comme tu le dis si bien, on a déjà assez notre dose d'horreur dans le quotidien (y'a qu'à écouter les infos) sans aller en rajouter.
    Moi je lis pour m'évader justement de toute cette horreur et trouver un peu de rêve.
    Donc je passe mon chemin sur ce genre de lecture.
    Voilà mon avis.

    J'ai été ravie de découvrir ton blog, je vais aller voir tes autres articles.
    Bibliochat aka Rebel blogueuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends à 100%! Je ne lis pas beaucoup de contemporains français donc je ne peux pas me rendre compte de cette tendance, en tout cas je préfère rester dans des trucs plus softs, ou alors carrément fictifs et non pas réalistes comme ici.
      Bienvenue sur mon blog, ça me fait plaisir que tu sois passée!

      Supprimer